‘Seras-tu là?’ de Guillaume Musso

DSC_0115.JPGGenre : Contemporaine

loupe_5

Et si l’on nous donnait la chance de revenir en arrière ? Elliott, médecin réputé, père comblé, ne s’est jamais consolé de la disparition d’Ilena, la femme qu’il aimait, morte il y a trente ans. Un jour, par une circonstance extraordinaire, il est ramené dans le passé et rencontre le jeune homme qu’il était alors. Les années 1970 battent leur plein à San Francisco, Elliott est un jeune médecin passionné et plein d’ambition. Fera-t-il cette fois le geste décisif qui pourrait sauver Ilena ? Saura-t-il modifier son implacable destin ?

_____________________________________

Après une légère déception de ‘et après?’ du même auteur, celui ci a joyeusement relever le niveau. Le côté voyage dans le temps était une superbe idée et cela ma fait voyager, au final une lecture agréable avec encore un très bon point come tout roman de Musso pour toutes les citations en début de chapitres. Un seul petit bémol pour une fin trop happy end, peut être un peu trop attendu quand on sait la situation du personnage.

sans-titre

 

Publicités

‘Brando au petit dejeuner’ de Anna Kashfi

DSC_0117.JPG

Genre : Biographie

Titre original : Brando for Breakfast

loupe_5

C’est avec humour et tendresse mais aussi de la révolte qu’Anna Kashfi et E. P. Stein ont écrit cet ouvrage, qui va bien au-delà d’une chronique d’Hollywood. Anna Kashfi montre qu’elle est capable d’admirer l’immense talent de Brando même si elle dénonce les défauts du personnage. Elle explique ses échecs, compréhensibles, qui, progressivement, l’ont amené à chercher des compensations dans l’alcool et les tranquillisants.

_____________________________________

J’ai eu mon lot de biographie sur Marlon Brando, certaines mauvaise d’autres non, étant donné l’image de sa première femme et l’amour haineux qu’elle lui portait je doute que ce livre à été écrit pour lui jeter des fleurs.

sans-titre

‘Raging Bull’ de Jake LaMotta

5DSC_01144.JPG

Genre : Autobiographie

Titre original : Raging Bull

loupe_5

Coaché par un curé, c’est derrière les barreaux que Jake commence à boxer. Dès sa sortie, il n’a plus qu’une idée : devenir champion. Il s’entraîne et combat jusqu’au jour où il ne lui manque plus que le titre de champion du monde. Mais le boxing business appartient à la Mafia qui, pour le punir de l’avoir ignorée tant d’années, lui impose de s’allonger devant un adversaire. La rage au coeur, Jake finit par accepter pour accéder au combat qui le sacrera champion.
Ce combat sera celui contre Marcel Cerdan, à qui il prendra le titre de champion du monde des poids moyens en 1949. Après la gloire viendront la chute, la ruine et la prison, l’alcool et les femmes, la drogue. Jake La Motta finira par sortir de ce gouffre sans fond en se lançant dans le métier d’acteur. Une sculptrice qui prenait le moule de ses mains en 1992 a confirmé un détail souligné dans le film de Scorsese : les mains de Jake, petites et délicates, n’expriment aucune violence.
Une caractéristique extraordinaire, compte tenu des coups qu’elles ont assénés, des douleurs qu’elles ont infligées

_____________________________________

Le titre évoque forcement pour certains le film de Martin Scorcese avec un Robert Deniro incarnant divinement bien Jack LaMotta. Le réalisateur s’est d’ailleurs inspirer de l’autobiographie de ce grand boxeur pour réaliser son chef d’œuvre. A mettre dans toutes les mains, cette autobiographie très détailler vous racontera le parcours étonnant d’un des plus grand boxeurs de tout les temps.

sans-titre

‘Ma vie avec Mesrine’ de Sylvia Jeanjacquot

DSC_0113.JPG

Genre : témoignage, autobiographie

loupe_5

Sylvia Jeanjacquot a été la dernière compagne de Jacques Mesrine. Elle a vécu l’ultime cavale de celui qu’on appelait l’ennemi publique numéro un. Depuis le moment où il l’aborde dans le bar de Pigalle où elle travaille jusqu’à la fusillade fatale dont elle réchappe miraculeusement, elle a décidé de tout dire.
Trente ans plus tard, les souvenirs de cette femme sont intacts. Au-delà du mythe, au-delà du cinéma, on découvre dans ces pages un Mesrine inédit et intime, celui que Sylvia Jeanjacquot a aimé au point de s’embarquer à ses côtés dans une folle aventure, façon Bonnie and Clyde.

_____________________________________

Ce livre marque une des pièces importante du Puzzle et relie parfaitement les idées du livre de Mesrine ‘l’instinct de mort’ écrit par lui même (avis disponible également sur mon blog). Un témoignage poignant et fidèle au personnage, à en faire taire les rumeurs son bien aimé.

sans-titre

‘Reflets dans un oeil d’or’ de Carson McCullers

DSC_0125.JPG

Genre : Drame, contemporain

Titre original : Reflections in a golden eye

loupe_5

Reflets dans un oeil d’or est le récit des abîmes. Ceux de l’âme et de l’instinct, qui précipitent les personnages dans le drame. Dans un fort du Sud américain, un meurtre est commis : drame passionnel dirait-on d’abord. Le capitaine Penderton tue le soldat Williams qu’il trouve une nuit près de sa femme endormie. Ajoutons qu’en fond se déroule une seconde tragédie. La femme du commandant Langdon meurt de chagrin en découvrant qu’il est l’amant de ladite femme du capitaine. Mais dans les romans de McCullers, la réalité n’a que l’apparence de la banalité. Comme Camus, la jeune écrivain s’intéresse à ce moment où, tels des pantins, les personnages n’obéissent plus qu’à la ficelle de l’impulsif. Alors surgit le tragique, soudaine et violente irruption du mal, inhérent à la condition humaine.

_____________________________________

Une histoire banale abordant tout de même des thèmes très variées avec des passages un peu complexe donc un livre qui mériterait surement une deuxième lecture pour mieux apprécié le talent de l’auteur et l’importance de ce classique Américain. A noter une fidélité du film réalisé par John Huston.

sans-titre