‘Un tramway nommé désir’ de Tennessee Williams

DSC_0119.JPG

Genre : Théâtre, Drame

Titre original : A Streetcar named Desire

loupe_5

Dans un appartement minable de La Nouvelle-Orléans, Stella Du Bois, descendante d’une vieille famille aristocratique, vit avec son mari Stanley Kowalsky, un Polonais pour les beaux yeux duquel elle a abandonné la plantation familiale.
Survient Blanche, la soeur de Stella : une créature de feu et de chair. Ce ménage à trois diabolique a fait le triomphe que l’on sait dans le monde entier de la plus célèbre des pièces de Tennessee Williams, adaptée à l’écran avec Marlon Brando et Vivien Leigh.

_____________________________________

Point positif

-> Une très grande pièce! L’adaptation à l’écran est aussi une grande réussite, tout les éléments sont réunis pour un grand classique.  j’adhère et recommande!

sans-titre

 

 

Publicités

‘Shining’ de Stephen King

jl1197-1991

Genre : Horreur

loupe_5

Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Palace passe pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté… L’hiver, l’hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l’habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance : c’est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d’échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny. Danny qui possède le don de voir, de ressusciter les choses et les êtres que l’on croit disparus. Ce qu’il sent, lui, dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Palace, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité, le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel ?

_____________________________________

Le film m’avait déjà bien convaincu à l’époque et ma lecture s’est révélé plus qu’appréciable. Malgré bon nombres de pages, je ne les ai pas vu défiler. La folie de Jack se dégrade au fil des pages et le personnage du petit Danny m’a beaucoup touché. Un peu déçu de la fin du roman cela dit.

 

sans-titre

 

‘Mémoires d’une Geisha’ de Yuki Inoue

jl1197-1991.jpg

Genre : Historique, Témoignage

Titre original : Kuruwa no Onna

loupe_5

 

 

Née en 1892, vendue à l’âge de huit ans, Kinu Yamaguchi fera l’apprentissage du dur métier de geisha. C’est un peu l’envers du décor qu’elle raconte : avant de porter le kimono de soie, il lui faudra vivre un apprentissage rigoureux, étudier tous les arts de divertissement et endurer pour cela privations, exercices physiques traumatisants, soumission aux coups sous les ordres de la  » Mère  » et des  » grandes sœurs « . Après son initiation sexuelle, elle s’enfuira, puis reviendra vivre dans le  » quartier réservé  » avant de devenir elle-même patronne d’une maison de geishas.

_____________________________________

Le film ‘mémoires d’une Geisha’ est basé sur le roman de Arthur Golden ‘Geisha’ parut en 1997 (ne pas confondre avec ce roman ci), j’avais adorer le film et je voulais me documenter d’avantage. Ce roman de Inoue Yuki est en quelque sorte relié au film, Puisqu’il raconte les étapes d’une jeune japonaise devenue Geisha. C’est à la fois un témoignage riche et touchant (idéal qu’on soit admirateur/trice  de la culture japonaise ou non) et les illustrations présent dans le livre sont magnifique! L’image de la Geisha est douce et belle mais cette vie n’est pas très enviable quand on découvre les faces sombres de leurs vies.

sans-titre

 

‘Sauve moi’ de Guillaume Musso

515wdp2deel-_sx315_bo1204203200_.jpg

Genre : Drame, Policer, Amour

loupe_5

 

 

 

Lorsque, par une froide soirée d’hiver, Juliette et Sam se croisent en plein cœur de Broadway, c’est le coup de foudre instantané. Elle, jolie Française de 28 ans, multiplie les petits boulots en nourrissant des rêves d’actrice. Lui, la trentaine, est un jeune pédiatre new-yorkais dévoué corps et âme à son travail depuis le suicide de sa femme. Persuadés d’avoir enfin trouvé un sens à leur vie, ils vont s’aimer le temps d’un week-end intense, aussi magique qu’inoubliable. Mais Juliette doit retourner à Paris. Quant à Sam, il ne sait trouver les mots pour la garder à ses côtés.
Du moins, pas assez vite. Car à peine l’avion de la jeune femme a-t-il décollé qu’il explose en plein vol…

_____________________________________

Un bon livre de la part de Musso, et il est vrai que j’avais peur de m’y replonger après avoir été légèrement déçu par ‘Et après’ mais tout les avis sont présent concernant ses différents romans. Le dénouement ma beaucoup surprise par ce qu’a vrai dire j’imagine des tas et des tas de scénarios dans notre tête et en général j’ai tout faux. L’histoire de Grace m’a perturber tout le long du roman, oui le surnaturel est présent mais est ce vraiment un fantôme ou pas? Tout le monde peut la voir certes, mais à un moment dans le livre son histoire de ‘changement d’identité’ est aborder donc je me posais la question.

sans-titre

‘Le liseur’ de Bernhard Schlink

sans-titre.png

Genre : Amour, Drame

Titre original : Der Vorleser

loupe_5

 

 

A l’âge de quinze ans, Michaël – le narrateur – découvre l’amour dans les bras d’Hanna, une voisine de vingt ans son aînée; pendant six mois, il la rejoint tous les jours et partage avec elle plaisirs de la chair et moments de lecture. Mais sa maîtresse, personnage secret, disparaît un jour mystérieusement. Sept ans plus tard, Michaël la retrouve par hasard, alors qu’il assiste à un procès pour crime de guerre, où elle figure au banc des accusés; il découvre à cette occasion un fait qui pourrait atténuer sa condamnation, mais choisit de n’en rien dire, par respect pour celle qui a marqué si profondément sa vie. Il renouera leur relation au cours des dix-huit années d’incarcération de celle qu’il comprend enfin un peu mieux.

_____________________________________

Un ouvrage surprenant, j’ai vécu plusieurs émotions à travers les pages, l’histoire reste émouvante jusqu’à la dernière. Il y a longtemps que j’avais vu le film et il me tarder de lire le livre. L’écriture de l’auteur m’a emporter, très poétique. Je n’ai pas regretter ma lecture, et peut être le relirais je plus tard.

sans-titre

 

‘Predatrice’ de Alissa Nutting

DSC_0153.JPG

Genre : Erotique, Policier

Titre original : Tampa

loupe_5

Celeste Price, 26 ans, est professeur dans un lycée de la banlieue de Tampa, Floride. Elle est mariée au beau Ford, un policier issu d’une famille aisée. Tous deux ont un charme fou, ils forment, à tous les égards, le couple parfait. Voilà pour les apparences. La réalité est beaucoup plus sordide. Celeste est en effet depuis très longtemps tourmentée par son goût particulier pour les adolescents. Dévorée par une passion de plus en plus incontrôlable, elle décide un jour de passer à l’acte et de séduire un de ses élèves. Sans se douter qu’elle entre ainsi dans un engrenage infernal aux conséquences terribles.

_____________________________________

Points positif 

-> Une première et quatrième de couverture qui intriguent par sa photo ainsi que son résumé, il fallait oser son sujet

-> Le personnage principal que l’on arrive à aimer à détester à la fois

-> Une écriture fluide et agréable de la part de l’auteur

Point negatif

-> Petite pensée après ma lecture, et si c’était un homme? est ce que les réactions aurait été similaire?

sans-titre

‘La tribu de l’asphalte’ de Morton Rhue * Todd Strasser

jl1197-1991.jpg

Genre : Young Adult, Drame

Titre original : Asphalt Tribe

loupe_5

 

 

Dans les rues froides de l’hiver new-yorkais, une bande de huit adolescents, qui ont fui les violences familiales, tentent de survivre. La nuit du 31 décembre, tout près des lumières de Broadway, mais à des années-lumière du confort et des richesses du quartier, huit adolescents vadrouillent dans les rues. La narratrice, Maybe, décrit la survie du groupe au jour le jour. Le froid, le vent, la neige et les abris toujours plus sordides.

_____________________________________

La tribu de l’asphalte est une tribu qui ne m’a pas laisser indifférente. Le sort de ces gosses m’a bouleverser, c’est un roman fort et dur, raconter tellement bien pour les jeunes adultes (sans trop tomber dans la vulgarité même si certaines scènes *comme indiquer sur le livre* sont susceptible de heurter la sensibilités des trop jeunes lecteurs), mais l’auteur à su utiliser les mots justes. Un livre à découvrir, j’ai beaucoup apprécier les notes qu’a laissait Morton Rhue à la fin du livre sur cette situation alarmante.

sans-titre

 

‘L’amant’ de Marguerite Duras

512K4E35ZtL._SX210_.jpg

Genre : Autobiographie, Romance

loupe_5

 

 

Roman autobiographique mis en image par Jean-Jacques Annaud, L’amant est l’un des récits d’initiation amoureuse parmi les plus troublants qui soit. Dans une langue pure comme son sourire de jeune fille, Marguerite Duras confie sa rencontre et sa relation avec un rentier chinois de Saigon. Dans l’Indochine coloniale de l’entre deux-guerres, la relation amoureuse entre cette jeune bachelière et cet homme déjà mûr est sublimée par un environnement extraordinaire. Dès leur rencontre sur le bac qui traverse le Mékong, on ressent l’attirance physique et la relation passionnée qui s’ensuivra, à la fois rapide comme le mouvement permanent propre au sud de l’Asie et lente comme les eaux d’un fleuve de désir. Histoire d’amour aussi improbable que magnifique, L’amant est une peinture des sentiments amoureux, ces pages sont remplies d’un amour pur et entier. Ce roman vaudra un succès conséquent à Marguerite Duras. –Florent Mazzoleni

_____________________________________

Découvrir l’écriture de Duras a était une première expérience pour moi qui s’est révélé d’un texte très structuré basé sur une très belle histoire d’amour. Page après page, malgré un roman très court, je n’ai pas était complètement bercé par cette histoire, même si certains passage ne m’a pas laissé indifférente. Comme on dit ‘tous les goûts sont dans la nature’ Smile  donc malgré un roman connus mondialement et adoré par des millions de gens, je n’ai pas été conquise.

sans-titre

 

‘La soupe aux choux’ de René Fallet

choux.gif

Genre : Science fiction, Humour

loupe_5

 

 

Deux vieux paysans, deux amis, le Cicisse Chérasse et le Glaude Ratinier, achèvent modestement leur existence aux confins d’un village bourbonnais en voie de disparition. Une nuit, une soucoupe volante se pose dans le champ de Glaude.
Un extra-terrestre en sort, que le Glaude appellera  » la Denrée « . La Denrée vit dans un austère astéroïde où les notions de superflu sont inconnues.
L’absorption d’une assiettée de soupe aux choux va plonger le voyageur interstellaire dans un tout autre monde, celui du plaisir de vivre, celui aussi de l’amitié.
Et ce sera la révolution sur sa planète. Quant au Cicisse et au Glaude, ils vont connaître une fin de vie plutôt inattendue !

_____________________________________

Un bon moment parmi le village bourbonnais, des petites expressions très marrantes comme dans le film, on le revit totalement, les meilleurs répliques sont également présente, tout comme l’attachement aux personnages. Malheureusement je suis tellement habituer a voir et revoir le film, que certains passages du livre me semblait ennuyant. Pour finir, une lecture de curiosité plus que par envie, et sans prise de tête.

sans-titre

 

‘Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur’ & ‘Va et poste une sentinelle’ de Harper Lee

91sdYT6eT2L.jpg  51uMBokPLVL._SX210_.jpg

Genre : Historique, Drame

Titre original : To kill a mockingbird & Go set a watchman

Premier et deuxiéme tome de la saga ‘Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur’ 

http://www.livraddict.com/biblio/book.php?id=2564

loupe_5

 

 

Dans une petite ville d’Alabama, au moment de la Grande Dépression, Atticus Finch élève seul ses deux enfants, Jem et Scout. Homme intègre et rigoureux, cet avocat est commis d’office pour défendre un Noir accusé d’avoir violé une Blanche. Celui-ci risque la peine de mort.

Jean Louise Finch, dite « Scout », l’inoubliable héroïne de Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur, est de retour dans sa petite ville natale de l’Alabama, Maycomb, pour rendre visite à son père Atticus. Vingt ans ont passé. Nous sommes au milieu des années 1950, à l’aube de la déségrégation, et la nation se déchire autour des questions raciales. Confrontée à la société qui l’a façonnée mais dont elle s’est éloignée en partant s’établir à New York, Jean Louise va découvrir ses proches sous un jour inédit et voir vaciller toutes les fondations de son existence, politiques, sociales et familiales.

_____________________________________

Une narratrice au point de vue très intéressant. Malgré une histoire un peu longue à se mettre en place au niveau des personnages, ce chef d’oeuvre nous fait retenir notre souffle. Historique et touchant, un classique qui fait partit des romans à lire à tout prix.

Un deuxième récit pas vraiment à la hauteur du premier, les personnages étaient présent ainsi que le cadre mais il manquait un petit quelque chose pour mieux apprécier sa suite. Pour l’anecdote, l’auteur à écrit ce roman avant ‘ne tirez pas sur l’oiseau moqueur’.

sans-titre